Lundi de Pâques, le jour de la Mona

Quand le printemps arrive, le cycle de vie recommence et les traditions reviennent

Souvent, nos clients nous demandent quel est la pâtisserie la plus typique qu’ils peuvent prendre en souvenir à leur retour. Et nous répondons toujours qu’en Catalogne, plus qu’une pâtisserie spécifique (qu’il y en a aussi), nous avons une pour chaque fête.

Avec Pâques arrive le gâteau préféré des enfants, d’âge et d’esprit: la Mona de Pâques.

Historiquement, le Carême était une période d’abstinence qui précédait la célébration de la Semaine Sainte. Et la meilleure façon de célébrer la fin de cette période était de le faire autour d’une table.

Il paraît que déjà au XVe siècle, ou même plus tôt, il y avait la tradition de manger un gâteau décoré d’œufs durs à la fin de Pâques. C’est du moins ainsi que Joan Amades l’explique dans son Costumari Català dans lequel cette tradition et bien d’autres sont rassemblées. Cependant, aucun document avant la fin du XVIIIe siècle ne confirme spécifiquement cette coutume.

La tradition veut que le lundi de Pâques, le parrain donne à son filleul la Mona. Il s’agit d’un gâteau à base de biscuit ou de brioche et sur lequel, jadis, on y mettait autant d’œufs que l’âge de l’enfant. Ainsi, le cadeau était répété chaque année jusqu’à l’âge de 12 ans, moment auquel il était de coutume de recevoir le sacrement de confirmation qui mettait fin à la tradition. Aujourd’hui, avec la presque disparition de l’imposition de ce sacrement, la tradition se poursuit jusqu’à ce que le parrain et le filleul en décident ainsi. Ce qui ne se produit généralement jamais.

Mais, d’où vient cette célébration?

L’origine de ce gâteau et de la fête qui l’entoure n’est pas très claire, car il y a plusieurs célébrations, toutes païennes, qui pourraient être considérées comme l’origine de la tradition.

D’une part, la célébration pourrait rappeler les fêtes de la Grèce antique en l’honneur d’Artémis et qui coïncidaient avec le début du printemps, les Muniquias.

D’autres les lient à celles qui se tenaient à Rome en l’honneur de Cérès, dans lesquelles des offrandes de gâteaux et d’autres produits étaient faites à la déesse de l’agriculture.

Il y a aussi ceux qui veulent trouver l’origine de la fête, et surtout le nom curieux du gâteau, dans le mot arabe Munna ou Mouna, dont le sens semble se référer à un type de taxe qui était payée dans le monde arabe aux seigneurs féodaux au début de printemps. Un impôt qui était rendu, pas avec de l’argent, mais avec de la nourriture.

Quelle que soit l’origine, ce qui est clair, c’est que le rite est lié à la fertilité et à la renaissance de la vie, ce qui se passe à cette période de l’année. On revient donc à un ancien rite adapté au calendrier religieux chrétien.

Il arrive aussi qu’à cette période de l’année, lorsque la journée commence à s’allonger et qu’il y a de plus en plus d’heures d’ensoleillement, les poulets augmentent la production d’œufs. Ceux qui étaient faits d’après le mercredi des cendres n’étaient pas consommés. Ils étaient recueillis et bénis, puis distribués à Pâques.

Oeufs durs ou oeufs en chocolat

Mais à partir de la fin du XIXe siècle, les œufs durs dont les coquilles étaient décorées de couleurs vives ont commencé à être remplacés par des œufs en chocolat. L’idée a été développée par un pâtissier de Barcelone, M. Agustí Massana et elle est rapidement devenue très populaire. De cette façon, peu après, les œufs en chocolat ont évolué et sont devenus des figurines de poulets, de lapins ou de chiots. De là à représenter des personnages classiques de dessins animés, des protagonistes de films pour enfants ou des idoles de football, tout était une étape.

Messi et Hello Kitty sont deux des principaux protagonistes des oeufs en chocolat des monas

Soit avec des œufs traditionnels, durs ou en chocolat, soit des figures d’animaux, des ballons de football, des princesses, des avions ou des personnages de télévision, ce qui est clair, c’est que la mona est la protagoniste des vitrines des pâtisseries de Catalogne depuis un mois avant la fête. Sans surprise, la Catalan Confectioners Guild estime que plus de 600.000 monas sont consommés ce jour-là, sans compter, bien sûr, celles préparése à la maison.

Ne manquez pas à vous promener avec nous par le quartier gothique lorsque vous venez à Barcelone. En plus des histoires et des monuments, nous allons vous montrez aussi certaines des pâtisseries les plus typiques de Barcelone.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.