La Costa Brava et les pirates

Nous avons raté beaucoup les paysages de la Catalogne et maintenant que le confinement est terminé, nous vous les présentons ici. Et nous voulons commencer avec un paysage côtier, d’une côte exceptionnelle: la Costa Brava.

Plage même si les jours sont nuageux

Notre première destination a été la Costa Brava. Le littoral de Gérone est une combinaison infinie de falaises, de petites criques et de longues plages qui créent un paysage exceptionnel.

C’est l’un de ces endroits que vous ne finissez pas en une journée. Peut-être pas en une semaine. Ou nous pourrions même dire que vous ne finissez jamais, car on y découvre toujours de nouveaux paysages, même si vous la visitez un jour de soleil radieux ou de temps nuageux.

C’est ce qui nous arrive avec Tossa de Mar. Tossa est l’une des villes qui allie le mieux le patrimoine et la plage. Son enceinte monumental est spectaculaire. Et chaque fois que nous le regardons, nous pensons aux attaques de pirates qui l’ont fait grandir.

Parce qu’aujourd’hui nous regardons la mer et l’horizon en imaginant des destinations lointaines pour partir en vacances, mais pendant de siècles, les habitants de la côte le regardaient avec crainte et beaucoup d’inquiétude.

Car les pirates, si idéalisés par Hollywood, ont longtemps été la terreur de la Méditerranée.

Ils l’avaient déjà été aux XIe, XIIe et XIIIe siècles, mais la conquête de Jaume I de l’île de Majorque et les autres Baléares a fait reculer le danger pendant un certain temps. L’expansion maritime de la couronne d’Aragon et sa domination sur la Méditerranée ont fait que les pirates se soient éloignés de ces villes côtières jusqu’au 16ème siècle.

Mais à cette époque, l’avancée de l’empire ottoman d’Istanbul vers l’Ouest a marqué l’entrée en jeu de l’un des pirates les plus célèbres et les plus redoutés de l’histoire, Barberousse.

Plus que pirate, corsaire

Nous utilisons souvent les deux noms comme synonymes, et ils ne le sont pas. Bien que tous soient dédiés au vol de navires en haute mer et dans les villes côtières, il existe une certaine différence entre un pirate et un corsaire.

Un corsaire, et Barberousse l’était, avait une Lettre de Marque. Et qu’est ce que c’est? Eh bien, une lettre de marque était un document délivré par un royaume spécifique, dans ce cas l’empire ottoman, qui permettait à son destinataire d’attaquer des navires de pays ennemis et de les garder ainsi que leurs biens.

Autrement dit, contrairement à un pirate, qui attaque n’importe quel navire, un corsaire n’attaquera que ceux autorisés par sa lettre de marque et n’attaquera jamais son propre État ni ses alliés.

Comme nous l’avons dit, outre les navires, les corsaires ont également attaqué la côte. Razzias, des raids, disent-ils. Ce sont des attaques rapides, qui avaient lieu surtout au printemps et en été, lorsque les eaux de la mer étaient plus calmes et la navigation était plus confortable. Soudain, des navires corsaires apparaissaient à l’horizon et peu après ils débarquaient et provoquaient le paniqué, en volant et capturant des prisonniers pour lesquels ils demandaient demandé une rançon ou bien ils étaient vendus comme esclaves.

Dommages collatéraux des conflits occidentaux

La situation à l’époque de Barberousse, c’est-à-dire au XVIe siècle, a été très compliquée à cause du conflit entre deux puissances européennes.

A cette époque, Carlos V, roi d’Espagne et empereur d’Allemagne et François I de France ont eu une longue guerre avec l’intention de prendre le contrôle hégémonique de l’Europe. François de France s’est allié avec le sultan ottoman qui a envoyé ses corsaires pour attaquer la côte méditerranéenne, qui était essentiellement dominée par la monarchie hispanique.

Il y a eu des attaques partout. Barberousse a attaqué la côte de Valence, les îles Baléares, la Provence (qui n’appartenait pas encore à la France à l’époque), la Sicile, la Sardaigne, la Corse … ils ont même atteint Venise. En Catalogne, le Roussillon, l’Empordà, le Maresme et la côte de Tarragone ont été également pillés.

Les attaques les plus importantes ont eu lieu en 1527, en 1532, en 1542, 1544, en 1564 … Mais parmi toutes, il y a eu d’autres pas si terribles. En fait, des villes comme Cadaqués, Roses, Palamós, Badalona, ​​Barcelone, Salou ont subi ces destructions de Barberousse et ont mis longtemps à se remettre.

Des traces d’histoire dans notre quotidien

En Catalogne, l’importance de ces attaques était telle que l’on en trouve encore aujourd’hui de nombreuses références dans les noms des villes et dans le paysage.

Il y a des tours rondes tout au long du litoral qui servaient à surveiller l’horizon et à déclencher l’alarme avec de grands feux quant les navires attaquants étaient visibles.

Les villes de mar (au bord de la mer) et de dalt (au-dessus) nous rappellent comment les pêcheurs qui habitaient près de la plage allaient se réfugier à l’intérieur des terres en voyant arriver de danger. D’ici s’origine la ville la plus fortifiée du dessus, et des quartiers les plus simples à toucher de la mer.

Et Tossa de Mar

Tossa, qui avait déjà été fortifiée au XIème siècle, a vu ses tours et ses murs renforcés pour protéger ses habitants à l’intérieur de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Vila Vella, la vielle ville.

Si vous voulez connaitre plus choses de la Costa Brava et découvrir certains des ses paysages les plus spectaculaires, laissez-nos vous accompagner avec certaines des propositions que vous trouverez sur nôtre site.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.