Les fêtes de la Mercè, la grande fête de Barcelone

Notre Dame de la Mercè, la sainte patronne de Barcelona.

À l’été 1687, la Catalogne est envahie par une plaie de locustes qui ravagent les champs et détruisent les récoltes. Dès la campagne, elles se sont approchées aux villes et finalement sont réussis à les envahir aussi. Tous les efforts humains pour les arrêter étaient vains. On a donc dû commencer à demander l’aide divine.

A Barcelone, le Consell de Cent, le conseil municipal du gouvernement, a fait un vœu à la Vierge de la Mercè: si elle libérait la cité des criquets, elle serait proclamée sa patronne. À la fin de l’été de l’année suivante, les locustes avaient disparu.

Une ville à trois saintes protectrices

Il a fallu près de 200 ans au Vatican pour officialiser la promesse du conseil municipal. Barcelone avait à partir de ce moment 3 saintes patronnes.

Jusque-là, deux saintes locales, Madrona et Eulalie, étaient chargées de la protection de la ville et ses habitants. Sainte Madrona était fêté le 15 mars et Sainte Eulalie, le 12 février. Maintenant, la nouvelle patronne, Notre Dame de la Mercè, serait fêté le 24 septembre.

Mais tout le monde n’était pas satisfait de cette décision. Un groupe de fidèles enragés de Sainte Eulalie a jeté des pierres à la porte de l’église de la Merced le jour même où la nouvelle a atteint la Barcelone.

Notre-Dame de la Mercè et l’ordre des Mercédaires

En fait, la vénération de Notre-Dame de la Mercè, qu’on pourrait bien traduire par Notre-Dame de la Miséricorde, remontait à très longtemps.

Une légende nous raconte l’apparition de la Vierge Marie dans les rêves d’un marchand de Barcelone, Pierre Nolasque, de son confesseur, Raymond de Penyafort et du roi Jacques I. Marie les invitait à utiliser sa miséricorde pour aider à sauver des captifs chrétiens  qui à l’époque étaient des prisonniers des sarrasins. C’était en 1218 et dix ans plus tard, l’ordre des Mercédaires qui, de nos jours, continue de prendre en charge les besoins spirituels des détenus de nombreuses prisons du monde entier, était fondée à Barcelone.

La première maison de l’ordre était située dans le bâtiment de la Pia Almoina, à côté de la cathédrale, mais quelques années plus tard, un nouveau couvent a été construit sur des barcelonais, plus près de la mer. L’église du couvent, dédiée à Notre-Dame de la Miséricorde (ou de la Mercè), a été transformée au fil des siècles de la petite église romane d’origine en un bâtiment gothique construit au XIVe siècle jusqu’à ce qu’elle devienne la basilique actuelle, construite à la fin du XVII, dans un moment où le dévouement envers elle avait beaucoup grandi.

La grande fête de Barcelone

À la fin du XIXe siècle, Barcelone avait été complètement transformée. La démolition des remparts et la croissance de l’Eixample avaient conduit à l’absorption des villes qui l’entouraient de telle sorte qu’elles étaient devenues de nouveaux quartiers.

L’unification urbaine était en cours, mais l’identité des gens est plus difficile à unifier. Et la grande fête d’une ville est l’un des éléments les plus typiques de cette identité.

Toutes ces anciens villages avaient et ils continuent d’avoir leur plus grand festival : Gracia, Sants, Sant Andreu, Sant Gervasi, Sant Marti … Et Barcelone aussi, mais la grande célébration de Barcelone était celle de la Barcelone intramuros. Et plus qu’une fête en soi, on pourrait dire que la grande fête était la procession du Corpus Christi et les actes qui l’accompagnaient.

Il fallait donc créer une grande Festa Major qui ferait partie de toute la ville et pas seulement des anciens noyaux qui la composaient. Et on a décidé que cette fête serait en l’honneur de Notre-Dame de la Mercè.

Bien que les premières célébrations aient eu lieu à la fin du XIXe siècle, on pourrait dire que la première Festa Major de la Mercè telle que nous la connaissons aujourd’hui a été celle de 1902. À cette première occasion, il y a eu déjà une journée de castellers, les pyramides humaines, et aussi la 1ère réunion des Géants et des Grosses Têtes qui a eu lieu en Catalogne, en plus des danses de la sardane et d’autres actes populaires.

Le Défilé de la Mercè

Mais ce qui caractérise les célébrations de la Mercè, ce sont les défilés, les Cercaviles, qui sont vraiment un héritage de la grande procession du Corpus Christi qui rassemblait tous les membres de la ville au Moyen Âge et qui sont maintenant devenus un des actes les plus populaires de la fête. Et nous le disons au pluriel car il y a plusieurs défilés qui ont lieu pendant ces jours.

La fête commence, peu après la lecture du pregó, une proclamation qui annonce le début des célébrations, par le défilé de l’entourage inaugural à travers les rues du vieux quartier de Barcelone. Mais, sans aucun doute, le défilé principal est celui de la Mercè, qui a lieu l’après-midi du 24, et pendant lequel, tous les géants qui représentent les différents quartiers et associations de la ville se promènent par le centre de Barcelone.

Le 24 est aussi le jour où les joueurs des gralles et les trabucaires avec ses tromblons réveillent toute la ville de bonheur le matin pour que tout le monde puisse profiter au maximum une journée festive pleine d’activités qui commencent par la célébration de la messe en l’honneur de Notre-Dame, le bal de l’Àliga et des Géants de la Ville à la Place de Saint Jacques, la place de la Mairie, la grande concentration de castellers, les châteaux humains, ou le festival de sardanes à la Place de la Mercè.

Tout ça, sans oublier le correfoc, les journées d’ouverture gratuite des pas mal des musées et monuments de la ville ou le grand spectacle pyromusical où les feux d’artifice et la musique se combinent pour mettre le point final aux célébrations à la Fontaine Magique de Montjuic.

Cet année la Fête de la Mercè doit s’adapter aux besoins sanitaires à cause du Covid 19. Il faudra en gaudir d’une manière différente.

Mais il y aura, peut-être, quelque chose qui ne changera pas: il faudra sortir avec un parapluie parce que pendant ces jours il y a toujours un peu de pluie qui tombe. On dit souvent que c’est Sainte Eulalie qui se plaigne et pleure. Ou peut-être, elle est fâchée et fait pleuvoir pour ternir la fête.

En tout cas, bonne fête de la Mercè 2020 à tous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.