L’ou com balla i autres traditions de la Fête-Dieu en Catalogne

L’Ou com balla (l’oeuf qui danse) est une tradition très typique de la Fête-Dieu en Catalogne. La tradition consiste à mettre un œuf vide sur une source d’eau a fin que l’ œuf bouge avec la force de l’eau. Pour le vider, un petit trou doit être fait, qui est ensuite recouvert de cire.

Les fleurs qui ornent la fontaine empêchent que l’œuf se casse s’il tombe du jeu d’eau. Si ça arrive, l’œuf revient à sa position initiale et continue de danser. Auparavant, que l’œuf se cassait pendant la journée était considéré comme un signe de mauvaise chance, et en fait, des disputes et autres conflits sont documentés les jours où cela s’est produit.

L’œuf rappelle la forme de l’Eucharistie, mais il fait également allusion à la fertilité et à la plénitude. La simplicité de cette tradition l’a rendue très populaire, c’est pourquoi elle s’est répandue dans d’autres villes de Catalogne telles que Lleida, Vic, Manresa ou Igualada, où elle a été récupérée dans les années 70.

Une tradition venue de loin

On ne sait pas exactement le début de cette tradition, mais selon les livres d’annotations de la cathédrale de Barcelone, nous savons qu’en 1440 une assignation économique a été reçue pour réparer une chapelle du cloître pour la Fête-Dieu. Et en plus, on a enregistré également l’achat d’un lot d’œufs pour le mêmes jours.

L’endroit le plus connu pour voir l’ou com balla est le cloître de la cathédrale de Barcelone, mais dans le Quartier Gothique il y a aussi des autres endroits où pouvoir se regaler avec lui: la cour de la Casa de l’Ardiaca, celle du musée Frédéric Marès, à l’Academia de les Bones Lletres, le Palau del Lloctinent ou l’Ateneu de Barcelone. Et même si ce n’est pas trop connu, mais ils font aussi l’ou com balla dans le cloître de la paroisse de La Concepcióo, qui, bien qu’il soit dans l’Eixample aujourd’hui, était à l’origine au Vieux Barcelone (ne vous inquiétez pas qu’un jour on vous expliquera ce que cela signifie).

La Fête-Dieu

La Fête-Dieu est l’une des célébrations plus importantes du monde catholique. Elle a ses origines au XIIIe siècle, lorsque les Dominicains ont voulu donner un élan à une célébration dédiée à l’Eucharistie. En 1264, le pape Urbain IV l’a institué comme jour de fête et en 1316, le pape Jean XII universalisa sa célébration.

De tous les actes de célébration de la Fête-Dieu, le plus surprenante était peut-être la procession à laquelle participaient tous les institutions de la ville. Celle de Barcelone a été l’une des premières à être célébrée dans toute l’Europe et elle est documentée depuis 1320.

C’est pourquoi cette année est commemoré le 700e anniversaire de la procession de la Fête-Dieu

Quelques jours avant le cortège, une cavalcade s’était tenue pour l’annoncer. Les voisins nettoyaient les maisons, arrosaient les rues et faisaient des tapis de fleurs. Des auvents étaient installés pour l’ombre et aussi des chaises et des bancs afin que la procession pourrait être regardée confortablement.

Au défilé tout était stipulé et hiérarchisé. Les géants, le dragon et les bêtes fantastiques sortaient les premiers. Puis allaient de longues files de bougeoirs. Les confréries construisaient des figures avec des représentations: Saint Georges terrassant le dragon, Adam et Eve, les filles de Lot, l’Enfer avec Lucifer et le dragon …

Ils étaient suivis par les dansants de ball de bastons de la Confrérie du Saint-Esprit, puis les jongleurs vêtus de robes blanches, des diadèmes et des ailes d’ange sont passés, jouant des instruments à cordes. Au bout de tout, le conseiller de Barcelone clôturait la procession portant l’étendard de Santa Eulalia.

D’une chose se passe à l’autre

Comme tout était décoré de fleurs, la tradition de faire des tapis de fleurs est rapidement apparue. Cette tradition est encore préservée dans de nombreux endroits tels que Sitges, Arbúcies, Gérone … Il fut un temps où il semblait que cette belle tradition devait être perdue, mais ces derniers temps il y a beaucoup d’endroits où elle a été récupérée.

Cette année, la Fête-Dieu est le jeudi 11 juin, bien que des célébrations religieuses auront lieu le dimanche 14. Et comme chaque année, l’ou com balla sera à nouveau dans le cloître de la cathédrale.

Du jeudi au samedi, vous pouvez voir l’ou com balla entre 10 et 19h45 et le dimanche entre 10 et 13h45.

Bien sûr, n’oubliez pas le masque et vous devez garder la distance de sécurité pour accéder au cloître depuis le portail de Santa Eulalia, sur le Carrer del Bisbe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.