L’expulsion des Juifs des royaumes hispaniques

Le 31 mars 1492, le décret de l’Alhambra a été signé à Grenade. Il a établi l’expulsion des Juifs des royaumes hispaniques. L’édit d’expulsion des Juifs de la couronne de Castille a été signé par la reine Isabelle, tandis que le roi Ferdinand II d’Aragon a signé celui de la couronne aragonaise.

Cette carte d’identité royale, datée à Grenade, a été remise aux recteurs de l’Aljama de Gérone le 30 avril 1492. Elle marquait le délai de trois mois pour quitter le royaume, c’est-à-dire au plus tard le 31 juillet. À la fin, la date de départ maximale a été retardée jusqu’au 2 août, qui est juste le jour où les bateaux de Christophe Colomb ont quitté le port de Palos, en route vers les Indes.

À cette époque, la communauté juive de Catalogne avait été considérablement réduite. En fait, depuis le Pogrom de 1391, lorsque la communauté de Barcelone a disparu, les pressions contre les Juifs avaient augmenté, au point que dans certains endroits, ils avaient été forcés de se convertir.

À titre d’exemple nous pourrions dire que la communauté juive de Gérone, la plus nombreuse en Catalogne à l’époque, était formée en avril 1492 par environ 200 familles, et lorsque le délai de départ a pris fin, uniquement environ 10 familles sont parties.

Partir avec seulement leurs vêtements sur le dos

Le décret d’expulsion interdit aux Juifs de prendre de l’or, de l’argent, des pièces de monnaie et des chevaux du pays.

Comme ils ne pouvaient pas prendre leurs effets personnels, la Couronne leur a offert la possibilité d’échanger leur valeur contre des lettres de change. Malgré cela, l’urgence du départ et la grande quantité de biens mobiliers et immobiliers mis en vente ont provoqué des prix très bas.

Certains des Juifs catalans qui sont partis l’ont fait en Navarre, d’où ils ont ensuite déménagé en Afrique du Nord, à Naples, à Venise, en Grèce ou en Roumanie. D’autres sont allés à Roussillon et se sont installés à Perpignan, mais en 1493 le roi de France leur a interdit d’y séjourner. Cela les a fait embarquer vers l’Est et beaucoup ont fini par s’installer à Thessalonique.

Ou bien rester et se convertir au christianisme

Evidentevment, de nombreux Juifs qui habitaient dans les royaumes hispaniques à l’époque ont décidé de se convertir, ce qui était l’autre option autorisée par le décret.

En fait, beaucoup d’entre eux l’avaient déjà fait depuis la fin du 14e siècle. Après la conversion, et en tant que nouveaux chrétiens, ils étaient sous la juridiction de la Sainte Inquisition, établie en Catalogne depuis 1487 et chargée de vérifier que les conversions étaient authentiques.

Malgré leur statut chrétien, les conversos (les convertis) ont subi une grande discrimination. Au 17e siècle, était demandé encore d’être chrétien de 5e génération pour occuper une fonction publique.

Si vous voulez en savoir plus sur l’empreinte des Juifs à Barcelone, venez marcher avec nous dans le Quartier Gothique. Et si vous voulez aller encore plus loin, nous vous accompagnons à Gérone, pour visiter le Call, le vieux quartier juif de la ville ou Besalú, une charmante ville médiévale où un micvé construit dans le s. XII est conservé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.