Lucrèce et l’origine de la République à Rome

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale des musées et nous voulons le fêter en parlant de l’une des sculptures que nous aimons le plus exposées au MNAC, le grand livre-musée sur l’histoire de l’art catalan que nous avons à Barcelone.

Lucrèce est l’une des pièces qui attire le plus notre attention dans la collection d’art moderne du MNAC. C’est une œuvre qui représente non seulement la lutte contre la tyrannie des rois de Rome et la naissance de la République romaine, mais idéalise également la vertu de Lucrèce qui se sacrifie pour sauver l’honneur de sa famille. Lucrèce a été représentée par de nombreux et grands artistes, mais la magnifique sculpture exposée au MNAC est l’œuvre de Damià Campeny.

Classicisme catalan

Damià Campeny (1781 – 1855) a été étudiant et professeur à la Llotja, l’Académie des Beaux-Arts de Barcelone où il est devenue le directeur de la section sculpture. Il a travaillé dans l’atelier de sculpteurs tels que Salvador Gurri et Nicolau Travé et a finalement ouvert son propre atelier où il a réalisé des commandes pour diverses paroisses à Barcelone.

Campeny a obtenu une bourse de la Chambre de Commerce pour étudier à Rome où il a vécu pendant 18 ans. Là-bas, il y a rencontré le sculpteur Antonio Cánova, considéré comme l’un des meilleurs sculpteurs néoclassiques italiens. Damià Campeny a aussi travaillé dans un atelier au Vatican où il a sculpté des pièces telles que l’Hercule Farnese ou le Neptune.

Pendant son séjour en Italie, il a envoyé une série d’œuvres à la Chambre de Commerce de Barcelone et Lucrèce était l’une d’entre elles. Trois reproductions de la même sculpture sont conservées. Comme c’était le cas à l’époque, en 1804, la copie en plâtre est arrivée à Barcelone, aujourd’hui conservée dans la Bibliothèque-musée Víctor Balaguer de Vilanova i la Geltrú; une version en marbre est conservée dans la Llotja de Barcelona et cette magnifique version en bronze est exposée au MNAC.

Mythe ou réalité

L’histoire de Lucrezia est à peu près un mythe. Cependant, l’historien romain Tito Livio nous explique que pendant le siège de la ville d’Ardea, un groupe d’aristocrates romains plutôt ivres a débattu laquelle de leurs femmes était la meilleure.

Tarquin Collatin, un membre de la famille dirigeante à Rome à cette époque, a défendu que sa femme, Lucrèce, était la plus vertueuse. Afin de le prouver, ils sont tous allés à la ville et à leur arrivée à Rome, ils ont trouvé toutes les femmes célébrant une fête sauf Lucrèce, qui était à la maison avec ses domestiques. À l’arrivée des hommes chez elle, Lucrèce, a servi le dîner à son mari et à ses compagnons.

Peu de temps après, le neveu du roi de Rome, amoureux de Lucrèce, lui a rendu visite à son domicile et l’a violée. Après cela, Lucrèce a fait venir son mari et son père pour leur raconter ce qui s’était passé. Et après l’avoir expliqué, elle s’est suicidé avec un poignard.

Montrant le corps inerte de Lucrezia, son parent Lucius Junius Brutus a incité le peuple de Rome à se révolter. Les Tarquins ont été contraints de fuir en Étrurie et la monarchie romaine a été remplacée par la République.

Le sculpture

Couchée sur une siège curule, la chaise en ivoire utilisée par les édiles romains, Lucrèce repose ses pieds avec des sandales à l’arrière-plan, où se trouve le stylet qui a provoqué sa mort. Le bras droit repose sur la jambe et le gauche tombe librement. La robe déchirée révèle les bras, le cou et le sein droit. La plaie du côté gauche, déplacée du cœur, est une coupure discrète d’où tombent quelques gouttes de sang. Les yeux presque fermés et la bouche entrouverte contribuent à créer une expression de douleur, de placidité et de paix.

Que pensez-vous de cette sculpture? Elle vous plaît? Nous avons hâte de la revoir au Musée et nous sommes sûrs que nous pourrons le faire en très peu de temps. Si vous souhaitez que nous vous accompagnions pendant une visite au MNAC lors de votre prochaine visite à Barcelone, contactez-nous et nous organiserons une visite adaptée à votre intérêt.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.